Participer
éditorial

Qui défend encore la Suisse ?

Notre démocratie directe est en péril … moins de 550 jours pour convaincre notre population que la situation actuelle est très grave. Nous sommes à l’aube d’un choix politique important, car le Conseil fédéral et la classe politique s’apprêtent à brader notre pays en acceptant de devenir les valets de Bruxelles en toute impunité.

Ce virement net de stratégie met clairement en péril les piliers fondamentaux de notre pays; soit l’indépendance, l’autodétermination, la liberté et la neutralité.

Cet abandon progressif de notre démocratie se fait de manière sournoise dans un contexte d’insouciance due à une conjoncture économique favorable.

Le Conseil fédéral est en grande partie responsable de cette dérive en voulant imposer le plus rapidement possible un accord cadre « accord d’accès au marché UE » qui devrait en réalité s’appeler « accord sur la suppression de la démocratie suisse » … Il est temps de dénoncer les nombreux dysfonctionnements et de remettre de l’ordre dans notre pays avec un objectif clair «rester libre pour que la Suisse reste la Suisse».

Il est scandaleux que la volonté du peuple, du souverain qui veut stopper l’immigration de masse, soit systématiquement bafouée et méprisée par les trois pouvoirs de l’Etat : l’exécutif, le législatif et le judiciaire.

Notre Constitution fédérale est déjà violée par des juges fédéraux peu scrupuleux qui ont inversé une ancienne jurisprudence afin de donner la priorité au droit international et aux juges étrangers par rapport au droit suisse. De nombreuses promesses ne sont pas tenues …

Les accords de Schengen/Dublin ne sont pas appliqués. On nous promettait plus de sécurité et moins de requérants d’asile. Force est de constater que nous sommes loin du compte … ces accords nous coûtent chaque année plus de 100 millions et pourtant les voleurs roumains, la mafia kosovare de la drogue et de nombreux faux réfugiés circulent encore librement dans cet espace Schengen prétendument sûr. L’initiative pour le renvoi des étrangers criminels n’est également pas appliquée…

Plus de 70% de la population carcérale suisse est étrangère. A l’heure actuelle, même des criminels dangereux ne sont pas expulsés en raison de mesures disproportionnées ?! Mais disproportionnées pour qui ! Et ce ne sont là que deux exemples …

Nous constatons également de nombreux dysfonctionnements.
Notre agriculture est en danger et le degré d’auto-approvisionnement alimentaire en Suisse qui est actuellement de 55% continue de chuter.

Les travailleurs étrangers occupent nos chantiers et l’accès aux « marchés publiques » prétérite nos petites entreprises locales. Nos valeurs et coutumes religieuses disparaissent au profit d’une montée des mœurs islamiques où le port du voile est même toléré dans notre armée.

Les exemples sont multiples …
Les élections d’octobre 2019 seront décisives. Leur résultat nous indiquera si la Suisse a la force de mettre fin à ses errements actuels ou si, endormie dans sa prospérité, elle continuera sa dérive vers l’UE.

Alors … Mesdames, Messieurs, chers Amis … Mobilisons – nous !

partager l’article
par l’auteur
Thierry Dubois
SVP Député (VD)
en lire plus
Soutenez-nous!

IBAN:
CH 59 0900 0000 1000 4168 3

Contact
UDC Vaud, Secrétariat général, Rue de la Louve 1, 1003 Lausanne
téléphone
021 806 32 90
E-Mail
Médias sociaux
Retrouvez nous sous:

Recommander cette page par E-Mail


Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord