Participer
éditorial

L’écologie par la mobilité et non par les taxes

Aujourd’hui la principale source de pollution de l’air provient des véhicules à essence. Les statistiques le démontrent, la diminution des émissions de CO2 sera difficile dans ce secteur dans le futur. Entre transport routier de marchandise et transport individuel, nous sommes à l’aube d’un grand tournant.

La gauche insiste en voulant taxer les consommateurs au plus près de leur conscience. « Payer plus pour polluer », voilà un slogan dénué de sens. Ce n’est pas en mettant des taxes sur les moyens de transport ou le carburant que nous diminuerons la pollution de l’air. Cela viendra principalement du mode de consommation et des solutions alternatives qui permettront aux consommateurs de se réorienter vers des transports plus propres.

Il faut donc impérativement soutenir des propositions concrètes au lieu de taxer le contribuable qui se voit déjà augmenter sa facture chaque année sur tout ce qu’il touche.

Des solutions concrètes, parlons-en : la consommation des produits issus de notre région permettra déjà de diminuer les transports de marchandises et les déplacements des consommateurs. Cela permettra également de conserver nos emplois et d’assurer une bonne qualité de vie à tout un chacun. Il est donc nécessaire de soutenir les productions locales au lieu de favoriser les commandes par internet qui font souvent de longs voyages depuis l’étranger et dont les normes environnementales de production sont beaucoup moins strictes qu’en Suisse.

Le transport individuel également est un rouage essentiel pour notre économie et la manière dont se déplacent les gens devrait être au centre des réflexions. En effet, aujourd’hui pour des raisons économiques que l’on peut comprendre, les citoyens préfèrent vivre dans des zones d’habitation abordables en fonction de leur niveau de vie, sans privilégier le rapprochement avec leur lieu de travail. Il est important d’agir sur deux fronts afin d’améliorer ce constat : un prix accessible pour les logements et des transports publics plus fréquents et moins coûteux. C’est justement là que nous pouvons agir pour offrir une alternative aux citoyens de notre pays, avec une cadence plus marquée des transports publics grâce aux voies déjà existantes et une amélioration des zones desservies par celles-ci.

Je souhaite que nous puissions offrir mieux à nos futures générations, qu’elles puissent prendre les transports publics à un prix qui ne devraient pas excéder le ticket de métro afin de faciliter leur déplacement avec des moyens moins polluants et sans que la classe moyenne n’en fasse les frais comme avec l’instauration systématique de nouvelles taxes contres lesquelles se bat l’UDC.

partager l’article
par l’auteur
Pascal Gafner
UDC (VD)
en lire plus
Soutenez-nous!

IBAN:
CH 59 0900 0000 1000 4168 3

Contact
UDC Vaud, Secrétariat général, Rue de la Louve 1, 1003 Lausanne
téléphone
021 806 32 90
E-Mail
Médias sociaux
Retrouvez nous sous:

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord