Participer
éditorial

La mobilité pour tous

Une liberté de choix de mobilité pour tous, ainsi qu’un développement de nos infrastructures, aussi bien pour les déplacements individuels par la route que pour les transports en commun, sont des thèmes qui me tiennent à cœur. La mobilité garantit la prospérité du pays, c’est le moteur du commerce et de notre économie.

Ces dernières années, l’accueil de nouveaux habitants oblige les autorités à veiller à mettre à disposition de tous des infrastructures correspondant à l’augmentation démographique. L’énorme croissance du trafic durant les dernières décennies soumet nos infrastructures à de fortes pressions. Les transports publics sont bondés et la saturation du réseau engendre de fréquents retards, les goulets d’étranglements se multiplient et les ralentissements sur l’ensemble des routes sont en constante progression. L’état général des chaussées et des revêtements se dégrade très rapidement et l’entretien se complexifie en raison du trafic supplémentaire. L’économie en général en souffre, tout comme le tourisme et notre qualité de vie se péjore. Si rien ne change, notre pays subira de gros dommages.

Les Suissesses et les Suisses paient toujours plus pour leurs déplacements, mais bénéficient de moins en moins de contre-prestations. Nous devons corriger, avec les moyens à disposition, les principaux goulets d’étranglements et aménager les tronçons les plus fréquentés. Les moyens financiers tels que FORTA doivent être attribués en fonction des priorités effectives, et non détournés vers d’autres buts, comme par exemple les transports publics et les pistes cyclables, pour lesquels d’autres sources de financements existent.

Les automobilistes sont taxés lourdement et la tendance est à la hausse. Il faut mettre fin à ce pillage de leurs ressources. Les amendes portées comme revenus aux budgets des collectivités publiques en sont la preuve. Nous devons nous battre contre tout nouveau projet de taxe ou de redevance, car l’argent ainsi prélevé n’alimente même pas directement les fonds nécessaires au développement du réseau routier.

Les divers modes de transports proposés doivent bénéficier des recettes prélevées par les taxes, redevances et impôts directement liés, sans que l’argent ne soit détourné pour l’affecter à d’autres financements. Avec cette manière de faire, les automobilistes financeront l’entretien et le développement du réseau routier. Les transports publics devront être financés de manière plus transparente, sans avoir recours aux fonds payés par les automobilistes.

Ainsi, les automobilistes, les utilisateurs d’autres modes de transports, les transporteurs de biens et de marchandises par la route ou le rail et les touristes trouveront leur compte dans des infrastructures correspondant aux besoins actuels. C’est-à-dire moins de bouchons sur les routes, des transports publics à l’heure, moins bondés aux heures de pointe, des capacités suffisantes pour le transport de marchandises sur la route ou le rail et la possibilité pour nos visiteurs de jouir des plus beaux paysages de notre pays dans des conditions optimales. Notre mobilité doit être fonctionnelle et bien ordonnée, à l’image de la Suisse.

partager l’article
par l’auteur
Jean-François Thuillard
UDC Député (VD)
en lire plus
Soutenez-nous!

IBAN:
CH 59 0900 0000 1000 4168 3

Contact
UDC Vaud, Secrétariat général, Rue de la Louve 1, 1003 Lausanne
téléphone
021 806 32 90
E-Mail
Médias sociaux
Retrouvez nous sous:

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord