Participer
Communiqué de presse

Privilèges sociaux : la fracture sociale

La date du 17 novembre 2020 – c’est-à-dire hier – restera dans les annales politiques vaudoises. On se rappellera qu’à midi, ce jour-là, des centaines de personnes sont venus, au nom des milliers de professionnels de la gastronomie, déposer une gerbe de fleurs lors d’une cérémonie symbolique de mise bière sur les marches de Montbenon. On se rappellera que ce jour-là, quelques minutes avant la cérémonie de mis en bière, la majorité des députés a voté pour octroyer un congé paternité privilégié aux pères employés de l’Etat. Ce privilège social est plus qu’une erreur, il s’agit d’une faute !

La décision prise hier est purement et simplement irresponsable, car elle crée une fracture entre les pères du secteur privé et ceux du secteur public. Il n’y avait aucune raison de diviser ainsi les pères entre eux alors même que tous allaient bénéficier de 10 jours de congé paternité dès 2021. Alors que la gauche vaudoise se préoccupe – malgré ses promesses électorales – d’octroyer des privilèges à certains, l’UDC – elle – retrousse ses manches et se démène pour préserver les places de travail et les perspectives d’avenir des Vaudoises et des Vaudois.

Les inepties de la majorité de gauche du Grand Conseil

La fracture sociale votée hier par le Grand Conseil n’est pas un acte isolé. En effet, il y a deux semaines, cette même majorité de gauche a repoussé une résolution du député et municipal de Ste-Croix Yvan Pahud qui demandait au Grand Conseil de prendre position contre la désobéissance civile. La majorité de gauche du Grand Conseil a, par son refus, légitimité la désobéissance civile et l’ensauvagement de nos rues.

Dans le même esprit, la réponse du Conseil d’Etat à l’interpellation du député d’Assen Denis Rubattel relatif à l’appel à la désobéissance civile proclamé par des collaborateurs de l’Etat de Vaud ouvre la porte à des dérives arbitraires. En effet, le gouvernement répond qu’il examine chaque cas individuellement pour déterminer si la liberté d’opinion du collaborateur entre en conflit ou non avec son devoir de réserve. Ainsi, le fonctionnaire ayant appelé à la désobéissance civile en la justifiant par l’urgence climatique a été épargné, qu’en sera-t-il de celui qui appellera à la désobéissance fiscale en la justifiant par l’urgence économique ? Face aux expériences socialistes qui minent notre qualité de vie, seule l’UDC sera un antidote efficace lors des prochaines échéances électorales.

Covid-19 : les actions de l’UDC Vaud

Le député de Rovray José Durussel a formellement pris la parole pour attirer l’attention des députés sur les effets pervers des mesures anti-Covid-19 qui profitent au tourisme d’achat. Aux yeux de l’UDC, la meilleure à prendre contre le tourisme d’achat en ce temps de crise est permettre aux gens de travailler sans restriction. Le député d’Epalinges Yann Glayre a formellement demandé que le Conseil d’Etat remette en toute transparence les données et chiffres permettant le suivi de la pandémie et le monitoring des infections afin que le Grand Conseil puisse en débattre et se forger une opinion afin d’agir.

Hier à midi, le président du parti Kevin Grangier et le vice-président Yohan Ziehli se sont rendus au nom de l’UDC Vaud à la cérémonie symbolique de mise en bière organisée par les cafetiers-restaurateurs afin d’y déposer une gerbe de fleurs et de témoigner le soutien et la solidarité de l’UDC Vaud. L’UDC exige la réouverture immédiate des café-restaurants.

partager l’article
en lire plus
Soutenez-nous!

IBAN:
CH 59 0900 0000 1000 4168 3

Contact
UDC Vaud, Secrétariat général, Rue de la Louve 1, 1003 Lausanne
téléphone
021 806 32 90
E-Mail
Médias sociaux
Retrouvez nous sous:

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord