Participer
Communiqué de presse

GRACE A L’UDC, UNE CEP DEVRAIT VOIR LE JOUR AFIN DE FAIRE LA LUMIERE SUR LES MANQUEMENTS DE L’HOPITAL RIVIERA-CHABLAIS

L’UDC Vaud se félicite de la décision du Grand Conseil prise cet après-midi d’entrer en matière sur l’instauration d’une CEP (commission d’enquête parlementaire) afin de faire toute la lumière sur la gestion chaotique de l’Hôpital Riviera-Chablais (HRC) par la majorité de gauche du Conseil d’Etat. Aux yeux de l’UDC, ce vote positif représente un grand pas en avant pour la transparence des finances publiques de notre canton et permettra ainsi de rétablir le lien de confiance entre le Grand Conseil, le Conseil d’Etat, la gouvernance de l’HRC ainsi que ses employés.

Sous l’impulsion de l’UDC, le Grand Conseil a fait le premier pas vers la mise sur pied d’une commission d’enquête parlementaire pour établir les responsabilités et faire la lumière sur les difficultés financière alarmantes de l’HRC à Rennaz. Par la voix de notre chef de groupe Philippe Jobin, le parlement a suivi les recommandations de l’UDC et de la droite vaudoise datant de mai 2020 « les manquements passés doivent nous permettre d’éviter les erreurs futures. Seule une CEP permettra ce résultat » a notamment déclaré notre chef de groupe Philippe Jobin a l’occasion des débats.

Par ce vote, l’UDC a envoyé un signal fort à nos autorités, refusant que notre parlement, notre population ainsi que l’ensemble des patients et du personnel soignant soient pris en otage par le Conseil d’Etat. Grâce à notre parti, la transparence et la lumière seront faites sur les manquements socialistes qui ont conduit à ce fiasco. Notre groupe salue la décision du Grand Conseil de ce jour et suivra de près toutes les avancées de ce dossier.

Pour la promotion du français académique

Depuis maintenant quelques années, nous assistons à d’incessantes attaques contre la langue française provenant de milieux politisés qui essaient par tous les moyens de déconstruire le langage à des fins idéologiques notamment par le biais de l’écriture dite « inclusive ».

Le canton de Vaud, fort de son appartenance à la francophonie à laquelle il tient, n’a pas à maltraiter le français académique en promouvant le langage épicène à des seules fins idéologiques. Défendre la langue française académique, c’est défendre l’héritage de notre langue qu’il est de notre devoir de préserver. C’est pourquoi le député Yann Glayre a déposé ce jour une motion afin de contraindre les services publics ainsi que les établissements de formation à utiliser le français académique, qu’ils en soient les garants et le promeuvent en toutes circonstances, dans toutes leurs productions, et qu’ils n’en dérogent pas à des fins idéologiques ou pour tout autre dessein. Il en va de l’intérêt des générations futures.

partager l’article
en lire plus
Soutenez-nous!

IBAN:
CH 59 0900 0000 1000 4168 3

Contact
UDC Vaud, Secrétariat général, Rue de la Louve 1, 1003 Lausanne
téléphone
021 806 32 90
E-Mail
compte postal
10-4168-3
Médias sociaux
Retrouvez nous sous:

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord