Participer
Communiqué de presse

Comptes 2018 : l’Etat de Vaud prié de réduire la voilure

Ce matin, le Conseil d’Etat a présenté ses comptes dont les charges ordinaires dépassent de 124 millions de francs ce qui était prévu au budget (+1,3%). Sans surprise, l’écrasante majorité de ces charges supplémentaires sont les subventions en matière de santé et de social. En outre, les dépenses courantes augmentent de 2,9% (+269 millions de francs) par rapport à l’année 2017. Cette croissance est supérieure à celle du budget et à celle des deux années précédentes.

En réalité, les revenus fiscaux ne compensent pas l’augmentation des charges. Avec 1,8%, la progression des recettes d’impôts est moindre que lors des deux années précédentes. On s’interroge donc sur la fâcheuse tendance du gouvernement à majorité de gauche à mettre ainsi la santé financière du canton en péril, en consentant à toujours plus de dépenses alors que les recettes peinent à suivre.

En se penchant plus en détails sur les charges supplémentaires qui excèdent le budget, on constate que les subsides à l’assurance maladie coûtent encore plus cher que prévu. Il est connu que le canton de Vaud consacre un budget extrêmement élevé pour ces subsides, en comparaison avec le reste de la Suisse. L’attitude dispendieuse de l’Etat, qui joue la politique du clientélisme, doit cesser ! Ces subsides sont nécessaires, mais ne doivent pas excéder nos moyens, sans quoi, nous irons droit dans le mur. Le tout à l’Etat a un coût !

Par ailleurs, la croissance de la masse salariale s’élève à 42 millions de francs, soit une progression de 1,8% par rapport à 2017, alors que la population n’a progressé que de 0,7%. Au vu de la situation financière loin d’être faste, il serait judicieux de revoir la pratique en matière de progression salariale automatique des fonctionnaires. En effet, de nombreux cantons ont renoncé à augmenter automatiquement leurs employés, prenant ainsi en compte la réalité de la conjoncture. Dans le privé, si les résultats ne sont pas au rendez-vous, les salaires n’augmentent pas. A combien plus forte raison devrait-ce être le cas à l’Etat qui dispose de l’argent des contribuables !

En matière d’asile aussi, les standards vaudois sont trop généreux. Malgré une diminution importante du nombre de demandeurs d’asile, la charge consacrée à l’asile en 2018 a augmenté. En outre, en réponse au laxisme vaudois en matière de renvoi des requérants déboutés, la Confédération retient 4 millions sur les subventions qu’elle nous octroie en la matière.

Malgré la voracité des comptes étatiques, on constate que seul 1,19% des dépenses sont allouées à la protection de l’environnement et à l’aménagement du territoire. Notre gouvernement a beau jeu d’entendre les revendications sur l’urgence climatique encore faut-il les écouter !

On le sait, l’Etat n’a pas d’argent, les milliards qu’il brasse sont ceux des contribuables. Et quand l’Etat dépense au-delà des moyens qu’il a à sa disposition, sans s’inquiéter de creuser la dette, on est en droit de s’inquiéter de la désinvolture avec laquelle nos dirigeants nous mènent à la faillite.

partager l’article
en lire plus
Soutenez-nous!

IBAN:
CH 59 0900 0000 1000 4168 3

Contact
UDC Vaud, Secrétariat général, Rue de la Louve 1, 1003 Lausanne
téléphone
021 806 32 90
E-Mail
Médias sociaux
Retrouvez nous sous:

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord