Participer
Communiqué de presse

Après l’aide d’urgence, la relocalisation des emplois et de l’industrie en Suisse

Alors que le chiffre de 10 milliards de francs avait été annoncé, ce sont en réalité 42 milliards de francs que les conseillers fédéraux UDC Guy Parmelin et Ueli Maurer ont annoncé hier aux Suissesses et aux Suisses. L’UDC Vaud salue la rapidité et la disponibilité de ce premier montant qui devra, sans aucun doute, être revu à la hausse. D’ores et déjà, l’UDC Vaud plaide pour la relocalisation immédiate d’emplois et d’industries en Suisse. La trop forte dépendance à du matériel sanitaire étranger avait été pointée du doigt par le Réseau national de sécurité et le récent blocus de marchandises destinées à la Suisse par les Allemands démontrent l’importance de l’auto-approvisionnement.

Aux yeux de l’UDC Vaud, le Conseil fédéral a pris la mesure de ce début de crise économique en déployant 42 milliards de francs et en permettant de reporter diverses charges fiscales (TVA+IFD) à des jours meilleurs. Soucieuse de permettre aux commerçants, artisans et indépendants de pouvoir bénéficier de solutions rapides, l’UDC Vaud approuve l’extension du chômage partiel (RHT) aux entrepreneurs employés de leur propre société. Pour les indépendants organisés en raison individuelle, la possibilité de solliciter des APG est une première mesure qui semble toutefois insuffisante. A ce sujet et à la lumière de cette crise économique, notre parti regrette que les verts et les socialistes aient refusé à Berne la proposition de l’UDC qui, en 2009, demandait l’accès au chômage pour les indépendants. La clairvoyance des élus UDC aurait été forte utile en ces temps difficiles.

Au niveau cantonal, l’UDC Vaud souhaite rapidement savoir comment le Conseil d’Etat entend utiliser les 250 millions de francs reversés par la BNS et les 207 millions de francs reversés par la BCV. Ces montants peuvent certainement soutenir l’économie vaudoise en plus des 150 millions annoncés mercredi passé.

Sur ce point, notre parti juge insuffisante l’aide financière prévue par le Conseil d’Etat à ce jour pour soutenir notre économie. 100 millions sur les 150 sont des cautionnements à rembourser et, sur les 50 millions restants, l’argent qui sera versé par le Fonds cantonal de lutte contre le chômage sera ensuite remboursé par Berne. De plus, le cautionnement prévu par l’Etat de Vaud fait apparemment doublon au cautionnement de crédit de 20 milliards de francs annoncé par le Conseil fédéral. Le Conseil d’Etat ne serait-il pas plus inspiré en prenant en charge les loyers dû aux propriétaires privés afin de soulager les locataires de cette charge tout en garantissant aux propriétaires une entrée d’argent ?

L’heure n’est-elle pas venu de délier les cordons de la bourse en proposant d’autres mesures que celle d’un endettement aux entreprises vaudoises ?

Une insuffisance sécuritaire et sanitaire identifiée en 2014 déjà

En 2014, le Réseau national de sécurité avait procédé à un exercice qui stipulait que la Suisse était touchée par une épidémie deux mois après le début de celle-ci en Asie du sud-est. Si certains processus ont été adaptés à la suite de cet exercice, il faut néanmoins relever que notre trop grande dépendance de l’étranger représente un risque que nos autorités ne doivent plus tolérer. L’épidémie actuelle démontre que les chaînes de production ne résistent pas à la crise et que des Etats – reconnus comme amis, tel que l’Allemagne, et avec lesquels nous avons de nombreux accords – n’ont pas hésité un seul instant à réquisitionner du matériel destiné à la Suisse.

Aux yeux de l’UDC Vaud, une seule réponse possible : la relocalisation des emplois et des industries !

Cette crise permet de constater que si l’épidémie est globale, la réponse est nationale. Il faut donc que les principaux moyens pour y répondre soient également nationaux. Pour l’UDC Vaud, il ne fait aucun doute qu’à l’issue de cette urgence – et dans le but de relancer notre économie – une relocalisation d’emplois et d’industries délocalisées en Asie ou ailleurs doivent être repensée pour permettre à notre pays et notre canton une autonomie plus grande et une plus grande sécurité.

En plus du secteur sanitaire, il faut citer deux autres secteurs stratégiques : l’énergie et l’agriculture. A cet égard, les stratégies politiques actuelles dans ces secteurs (Stratégie énergétique 2050 et Politique agricole 2022+) doivent être profondément remaniée. L’UDC Vaud présentera ses solutions en la matière lors de conférences de presse dès la fin de l’urgence sanitaire.

En conclusion, si pour faire face à la crise, l’UDC Vaud salue les décisions fédérales décidées hier, elle attend des autorités cantonales que le plan économique ne se limite pas à cautionner des emprunts et à aménager des plans de paiements. Pour l’après-crise, l’UDC Vaud souhaite la relocalisation des emplois et des industries pour relancer notre économie et augmenter l’auto-approvisionnement de notre pays et de notre canton. Elle communiquera ses plans à ce sujet dès la fin de l’urgence.

partager l’article
en lire plus
Soutenez-nous!

IBAN:
CH 59 0900 0000 1000 4168 3

Contact
UDC Vaud, Secrétariat général, Rue de la Louve 1, 1003 Lausanne
téléphone
021 806 32 90
E-Mail
Médias sociaux
Retrouvez nous sous:

Partager cette page

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, proposer des fonctionnalités pour les médias sociaux et pour analyser l'accès à notre site. Nous fournissons également des informations sur l'utilisation de notre site Web à nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l’analyse. Voir les détails
Je suis d'accord